LUMIERE, CANAUX, ACTION ! La lumière pour contrôler l’activité des neurones.

Cet article est inspiré de la conférence « Lumière, canaux, action! La lumière pour contrôler l’activité des neurones » animée par Alexandre Mourot (chercheur au Laboratoire Neurosciences Paris Seine, UPMC) lors de Conf&Sciences 2014 organisé par Indésciences et la FNEB.

Le cerveau est depuis la nuit des temps un objet de fascination pour les savants et les philosophes. Et pour cause, c’est une machine complexe : de nombreuses interactions ont lieu simultanément, des signaux de l’extérieur arrivent, d’autres voyagent à l’intérieur du cerveau et le cerveau en réponse intègre ces signaux et provoque des réponses comportementales. Un des grands défis de la neuroscience est de comprendre le fonctionnement de ce cerveau, les interactions qui existent entre les différentes parties et comment contrôler individuellement ces différentes parties du cerveau.

Dans ce dernier cas de figure, l’utilisation de la lumière est très intéressante. En effet, la lumière est un stimulus qui peut être facilement contrôlé de façon spatiale et temporelle : sur une surface et sur un laps de temps bien précis (ce qui est important quand on sait que l’influx nerveux ne dure que quelques millisecondes).

Un neurone est constitué de nombreux canaux ioniques qui permettent le passage d’ions à travers la membrane neuronale et ainsi la conduction de l’influx nerveux. Ces neurones et ces protéines neuronales ne sont pas photosensibles naturellement. Cependant, si le neurobiologiste est capable de photosensibiliser ces protéines membranaires et donc les neurones, il peut alors contrôler leur activité de manière très précise.

LES OUTILS PHOTOCHIMIQUES POUR CONTROLER LES NEURONES

rat optogenetics--469x239

Une méthode est d’amener des canaux qui sont sensibles à la lumière dans les neurones. Le canal Rhodopsine est un type de canal naturellement sensible à la lumière. Ce canal est localisé au niveau des cellules photoréceptrices de la rétine. Il est composé d’un chromophore, le rétinal, qui répond à la stimulation lumineuse en ouvrant le canal qui

laisse alors passer les ions. L’optogénétique permet d’amener cette protéine dans les neurones, cibler de manière génétique une population neuronale et ainsi rendre ces neurones sensibles à la lumière. Si ensuite ces neurones sont activés, il est possible d’induire une fonction à ces derniers.

Une autre méthode est de rendre photosensible les canaux qui sont naturellement présents dans les neurones via deux techniques : l’optopharmacologie et la pharmacologie optogénétique.

L’optopharmacologie est une méthode qui a pour but de rendre photosensible les canaux natifs. Le principe est d’utiliser un agent pharmacologique, par exemple un bloqueur de canal, rendu photosensible par la fixation d’un chromophore : l’azobenzène. Ce chromophore existe sous deux conformations : trans (ou allongé) et cis (ou plié). Le changement de conformation de la molécule est induit par la lumière. Sous une lumière verte, la molécule se retrouve dans une conformation « allongée » et l’agent pharmacologique bloque alors le canal. Une lumière violette change la conformation trans en cis ce qui la rend incapable d’interaction avec le canal qui est alors actif. Ce processus est réversible dès qu’il y a arrêt de la lumière violette ou ré-exposition à une lumière verte. Si on met ces molécules dans les neurones (ils rentrent naturellement dans les neurones), il est alors possible de réguler leur activité grâce à la lumière.

Un exemple d’application de ces molécules est la restauration de la vision dans le cas de dégénérescences rétiniennes. Dans la grande majorité des cas, ces dégénérescences sont dues à la perte des photorécepteurs et donc la rétine ne peut plus recevoir les signaux liés à la lumière. La rétine étant composée de plusieurs types de cellules neuronales, l’idée est de rendre photosensible ces cellules qui sont encore présents dans la rétine.

La mesure de l’activité électrique in vitro de neurones traités avec les agents pharmacologiques photosensibilisateurs montre que les neurones sont photosensibilisés puisqu’une une activité électrique est enregistrée en réponse à la stimulation lumineuse. In vivo la méthode est démontrée sur des souris : la molécule dans l’œil est injectée dans l’œil de modèles génétiques aveugles et la réponse à la stimulation électrique est démontrée par le comportement des souris. Dans une première expérience, la stimulation lumineuse est suivie d’un petit choc électrique. Si la souris est capable de percevoir le stimulus lumineux, elle l’associera au choc électrique et lors de la répétition de l’expérience suite au stimulus lumineux la souris va arrêter de bouger. L’apprentissage est très rapidement intégré chez une souris non aveugle, chez une souris aveugle non traitée il n’y a pas d’apprentissage, et une souris aveugle traitée révèle le même comportement que la souris de type sauvage. Il est donc possible de conclure que la rétine a retrouvé sa capacité à détecter la lumière, et à intégrer le signal au niveau du cerveau.

La pharmacologie optogénétique consiste à ré-ingénierer un canal pour le rendre photosensible. Un seul canal ionique est ciblé sur lequel une cystéine est installée. Sur la cystéine, qui a l’avantage d’être un acide aminé très réactif, un photoswitch est greffé covalemment. Le photoswitch présent à la surface de la protéine, sans interférer avec la fonction de cette dernière, va par stimulation lumineuse venir se replier sur la protéine et ainsi permettre l’ouverture du canal ionique.

Une application de cette méthode est l’étude du sous-type β2 des récepteurs nicotiniques des neurones de l’aire tegmentale ventrale réalisée au laboratoire d’A. Mourot. Ces récepteurs sont liés à l’activité des neurones en mode « bouffée » : l’activation de ces récepteurs engendre beaucoup de potentiels d’action d’affilée. Ce mode de décharge libère une grande quantité de dopamine dans les structures cibles et dans un laps de temps très court. Cette dopamine a une fonction dans le système de récompense, et dans l’apprentissage par renforcement (la récompense est la conséquence d’une action, on comprend que cette action donne une récompense et donc on va chercher à ré-avoir cette récompense). Ce dernier est impliqué dans les phénomènes d’addictions notamment à la nicotine qui va activer ce système en « bouffée ». Quand on supprime ce récepteur dans le cerveau le neurone ne fait plus de « bouffée » donc il n’y a plus de système d’apprentissage par le renforcement. L’utilisation de récepteurs β2 photo-inhibables permet alors grâce à la lumière de contrôler l’activité de ce récepteur en empêchant la fixation du neurotransmetteur ou de la nicotine sur ce dernier. Les études comportementales pour voir si l’inactivation de ce récepteur est capable de supprimer ou inverser l’apprentissage par renforcement sont actuellement en cours en laboratoire.

Suivez nous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *