Deux françaises en tête de la finale mondiale de « Ma thèse en 180 secondes »

Ma thèse en 180 secondes, qu’est ce que c’est?

C’est le CNRS et la Conférence des Présidents d’Universités qui s’unissent pour lancer un concours d’ampleur nationale.
Faire comprendre des années de recherche en trois minutes et au plus grand nombre, tel est le défi que lancent les deux organismes aux jeunes doctorants avec ce concours.

Il y a d’abord eu des sélections nationales, puis les trois premiers français sont partis à Montréal pour la finale internationale hier, jeudi 25 septembre 2014.

Sur les deux plus hautes marches du podium de cette finale mondiale on retrouve deux françaises.

D’abord Noémie Mermet, la grande gagnante!!
Sa thèse porte sur l’implication des récepteurs 5HT2A dans la modulation des interneurones PKCgamma dans un contexte d’allodynie.
Ca vous parait confus voire incompréhensible? Pas de problème! Regardez la lors de la finale française. En trois minutes cette auvergnate vous y fera voir plus clair.

 

A la deuxième place, on retrouve Marie-Charlotte Morin, gagnante de la finale française.
Son sujet de thèse n’est pas beaucoup plus clair que celui de Noémie Mermet: rôle des protéines lin-15A et rétinoblastome dans la reprogrammation cellulaire directe in vivo chez C.elegans.
Encore une fois, il ne vous suffit que de 180 petites secondes pour que tout s’éclaircisse. 

 

La troisième place revient à Renaud Manuguerra-Gagné (Université de Montréal).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *